Covid-19.corsica
Vince contr’à u Covid-19

#Stateattenti

Pianu di surtita / Plan de sortie du confinement : Rapport du Président du Conseil Exécutif de Corse

6 Mai 2020 | Cullettività di Corsica, Déconfinement

Plan de sortie du confinement : une stratégie progressive et maîtrisée pour la Corse

Pour réussir, la stratégie de sortie progressive et maîtrisée du confinement doit concilier deux enjeux majeurs potentiellement contradictoires :

  • L’enjeu sanitaire, qui impose de continuer à développer une attitude de prévention et de vigilance extrême face à une épidémie particulièrement dangereuse et qui n’est à ce jour pas vaincue ;
  • L’enjeu économique, social, et sociétal qui impose de reprendre aussi vite et complètement que possible une vie collective normale, quand bien même intégrerait-elle dans tous les domaines du quotidien la prise en compte du risque véhiculé par le Covid-19.

Le plan de sortie progressive et maîtrisée du confinement présenté par le Conseil exécutif de Corse s’organise autour de deux volets principaux :

  1. Les objectifs majeurs de la stratégie de sortie progressive et maîtrisée proposée par le Conseil exécutif de Corse (Partie I) ;
  2. La déclinaison de cette stratégie par grands secteurs d’activité (Partie II).

Les objectifs majeurs de la stratégie de sortie du confinement

Le plan proposé par le Conseil exécutif de Corse poursuit deux objectifs principaux.

Ces deux objectifs principaux seront poursuivis dans le temps en reprenant le calendrier d’évaluation des mesures proposé par le Gouvernement.

Le Premier Ministre Edouard Philippe a indiqué que la sortie progressive du confinement serait gérée par des paliers de trois semaines, permettant de vérifier l’impact des mesures prises à chaque étape (il faut un délai de quinze jours entre le moment auquel une mesure est prise, et l’apparition de sa conséquence épidémiologique éventuelle).

Le Conseil exécutif de Corse reprend à son compte ce pas de temps.

Dans un premier temps, et entre le 11 mai et le 23 juin 2020 (soit deux périodes de trois semaines avec une évaluation intermédiaire au terme de la première semaine), l’objectif prioritaire sera d’atteindre la diminution maximale de nouveaux cas au sein de la population insulaire.
Cette période permettra également et concomitamment de se doter des moyens permettant d’accueillir sans risque sanitaire des flux plus importants de visiteurs pendant la période estivale.

  1. Dans un premier temps, et entre le 11 mai et le 23 juin 2020 (soit deux périodes de trois semaines avec une évaluation intermédiaire au terme de la première semaine), l’objectif prioritaire sera d’atteindre la diminution maximale de nouveaux cas au sein de la population insulaire.Cette période permettra également et concomitamment de se doter des moyens permettant d’accueillir sans risque sanitaire des flux plus importants de visiteurs pendant la période estivale.
  2. A compter du 23 juin 2020 et pour la période estivale, la Corse mettra en œuvre un dispositif de gestion des flux de passagers entrants permettant de limiter au maximum tout risque de rebond épidémique tout en permettant d’organiser la saison touristique.

La mise en œuvre opérationnelle par secteurs de la stratégie de sortie du confinement

Le retour progressif de la Collectivité de Corse à un fonctionnement normal

Le plan de continuité de l’activité (PCA) des services de la Collectivité de Corse a été activé par note du Directeur Général des Services le 17 mars dernier, au moment où les mesures de confinement décidées par le Gouvernement sont entrées en vigueur.

Il s’est articulé autour des priorités majeures fixées par le Président du Conseil exécutif:

  • Assurer la sécurité et la protection sanitaires des personnels de la Collectivité de Corse (intégration des mesures de confinement ou de limitation des activités professionnelles à intervenir ; autorisations d’absence ; télétravail ; mesures d’hygiène et de prophylaxie renforcées ; modalités de gestion des effectifs ; implication des instances consultatives du personnel…) ;
  • Garantir la sécurité et la protection des usagers de la Collectivité (fermeture des lieux accueillant du public ; fermeture au public de certains services ; continuité des missions exercées dans l’intérêt des publics fragiles et vulnérables…) ;
  • Assurer la continuité du service public et les missions essentielles remplies par la Collectivité au service de la population (action sociale, infrastructures, paiement des salaires et des sommes dues aux partenaires de la Collectivité, etc.).

C’est également dans ce cadre qu’ont été définies les modalités de reprise de l’activité qui doivent obéir à un impératif absolu : garantir la sécurité et la santé de tous les agents.

Cette reprise générale d’activité s’effectuera sur la base :

  • D’un principe : la reprise du travail pour l’ensemble des agents sauf dérogation particulière (agents présentant des vulnérabilités, agents testés positifs ou ayant été en contact avec des personnes testés positifs ; agents dont les conditions d’accueil dans les locaux de la Collectivité ne permettent d’offrir les mesures de prévention sanitaire et de distanciation sociale suffisantes ; agents qui seraient tenus de garder leurs enfants qui ne pourraient reprendre l’école).
  • D’une vigilance marquée sur :
    o La prévention, la protection et la distanciation sociale ;
    o L’accompagnement des agents ;
    o L’organisation du travail.

La question de la réouverture des établissements scolaires et de l’accueil des enfants

Le Conseil exécutif de Corse a, pour sa part, affirmé sa volonté de proposer, sur cette question comme sur les autres questions liées à la sortie progressive du confinement, une méthode permettant de faire le meilleur choix aux plans sanitaire et éducatif, en tenant compte d’une part de l’ensemble des données scientifiques et médicales, d’autre part des particularités objectives propres à notre île.

Les données scientifiques et médicales

Il convient de rappeler que le Conseil scientifique institué à la demande du président Macron a, dans son avis en date du 20 avril 2020, proposé de « maintenir les crèches, les écoles, les lycées et les universités fermés jusqu’au mois de septembre », avant de prendre acte de « la décision politique prenant en compte les enjeux sanitaires mais aussi sociétaux et économiques, de réouverture progressive et prudente des crèches, collèges et lycées ».

De même, le Comité consultatif corse – Covid-19 a préconisé une rentrée générale reportée à septembre pour les collèges et lycées, et proposé une « rentrée d’observation décalée au 2 juin pour les maternelles-primaires », pour « avoir une visibilité sur le résultat de la sortie du confinement », tout en préconisant une grande prudence dans les mesures mises en place en cas d’ouverture même limitée.

Les particularités objectives de notre île

La méthode mise en œuvre a consisté à consulter l’ensemble des élus et acteurs concernés dans les décisions à prendre en ce qui concerne les établissements scolaires de Corse.

Dans le cadre du premier volet de la consultation, le Président de Conseil exécutif de Corse a souhaité recueillir l’avis des maires de Corse ayant une ou plusieurs écoles sur leur territoire communal.
68 maires sur 138 ont répondu directement à la sollicitation.


La grande majorité des maires ayant répondu ainsi que l’Association des maires de Haute-Corse ont fait part de leur impossibilité d’ouvrir l’école dans des conditions qu’ils considèrent sécurisées et satisfaisantes, soit du fait de la situation sanitaire générale, soit du fait de l’inquiétude manifestée par les parents et enseignants, soit du fait du caractère matériellement irréalisable des préconisations énumérées dans le protocole gouvernemental – ces raisons pouvant parfois se cumuler.

Plusieurs d’entre eux, y compris de communes importantes, ont indiqué qu’ils se considéraient en capacité d’ouvrir l’école ou les écoles, soit dans des conditions normales, soit dans des conditions aménagées.

La Présidente de l’Association des maires de Corse-du-Sud a pour sa part indiqué que les maires adhérant à l’association étaient globalement partagés, certains ayant choisi de ne pas ouvrir les écoles, d’autres de les ouvrir totalement ou en mode minoré.

Le second volet de consultation a été mené par la Conseillère exécutive en charge de l’éducation auprès des syndicats, associations et représentants des directeurs d’établissements du premier degré, des enseignants, des parents d’élèves (APC ; FCPE) et des personnels administratifs.

La quasi-totalité d’entre eux a fait valoir son opposition au principe de réouverture.

En conséquence, le Conseil exécutif adopte la position suivante :

Conformément à ses choix constants depuis le début de la crise du Covid-19, le Conseil exécutif de Corse fait primer le principe de protection de la santé publique sur toute autre considération.
Il constate donc, en cohérence avec les avis rendus par le Conseil scientifique et le Comité scientifique de Corse, que la réouverture générale des crèches, des écoles, des collèges, des lycées et des Universités ne pourra intervenir qu’en septembre 2020.
Il propose que cette réouverture générale se prépare et se décline, dès aujourd’hui, en concertation avec l’ensemble des acteurs du monde éducatif, et selon des modalités différentes selon les types d’établissement et cycles concernés, pour tenir compte des enjeux, spécificités, et contraintes propres à chacun d’entre eux.

La sortie progressive et maîtrisée du confinement à l’aune des enjeux économiques et touristiques

A compter du 11 mai, un certain nombre de secteurs économiques, d’entreprises et de salariés sont appelés à reprendre progressivement leurs activités. Le visage de l’économie insulaire n’en sera pas pour autant transformé, tout du moins à court terme.

Tout d’abord parce que ce mouvement de reprise va être progressif, conditionné très largement par la capacité des secteurs économiques insulaires à assurer la protection sanitaire des salariés et des clients.

Ensuite, parce que rien n’indique à ce jour quelle proportion d’acteurs économiques sera en situation de réamorcer une activité, deux mois après le début du confinement.

Par ailleurs, parce que le 11 mai prochain, les cafés et restaurants de l’île resteront fermés, leur réouverture étant encore suspendue à l’évolution des données épidémiologiques.

Enfin, parce les secteurs clés de l’économie corse, le tourisme et les transports, continueront de subir de plein fouet le double choc d’offre et de demande provoqué par la crise sanitaire, avec une incertitude non encore levée à ce jour sur les possibilités de leur reprise.

Ce contexte d’ensemble indique donc que la dynamique économique qui s’enclenchera le 11 mai sera limitée, pour ne pas dire très limitée, et qu’en tout état de cause, ses effets resteront faibles sur la croissance de la production, des échanges et de l’emploi.

La reprise de l’économie doit donc être mise en perspective dans une temporalité élargie au-delà de fin mai, et articulée avec les impératifs sanitaires qui en détermineront le rythme de progression et de dynamisation au cours des prochains mois, en particulier durant la saison estivale.

Pour le Conseil exécutif de Corse, la reprise des activités économiques et touristiques en particulier revêt un enjeu fondamental. Mais cet objectif ne pourra être atteint sans l’assurance d’une reprise totalement maitrisée sur le plan sanitaire.

Sissioni di l’Assemblea di Corsica / Session extraordinaire de l’Assemblée de Corse jeudi 7 mai 2020 à 14h30 en téléconférence

Ce rapport sera présenté lors de la Session du 7 Mai 2020 de l’Assemblée de Corse

I gesti di prevenzione

Cuntattà ci

A Cullettività di Corsica sempre à fianc’à voi

Consultazione numerica di i ghjovani

Consultazione numerica di i ghjovani

En tant qu’observatoire de la jeunesse, centre de ressources et d’expertise sur les questions de jeunesse et les politiques qui lui sont dédiées, la Collectivité de Corse a pour mission de contribuer à améliorer la connaissance dans le domaine de la jeunesse par la...

lire plus
Associations : réflexion sur les impacts de la crise

Associations : réflexion sur les impacts de la crise

Un questionnaire pour aider les associations Le tissu associatif est un partenaire incontournable de la vie économique et sociale des territoires dont il contribue à renforcer l’attractivité et le développement.Consciente des conséquences de la crise sanitaire et...

lire plus